baton japonais jo bo

L’utilisation des bâtons japonais : Jō 杖 et Bō 棒

L’utilisation des bâtons japonais dans une pratique globale de santé-bien-être est extrêmement intéressante.
Initialement, ces bâtons sont utilisés dans une voie martiale, le Kobudo 古武道 (ancienne voie des arts martiaux : voie des armes associées aux arts martiaux japonais).

Le Jō 杖 est un bâton moyen de 128 cm de longueur et de 2,5 cm de diamètre environ.
Il est fait en différents types de bois (chêne rouge ou blanc, hêtre blanc ,..), de poids, et de qualité de finition variable.

En tant qu’arme du Kobudo, il est employé dans l’ile principale du Japon (Honshū) et non traditionnellement à Okinawa ou c’est le Bō (bâton long) qui est utilisé.

Le Bō 棒 (ou « Kon » à Okinawa) est un bâton long et est l’arme emblématique du  Kobudo  d’Okinawa : il mesure 6 Shaku, soit 1,83m environ, et 3 cm de diamètre, parfois effilé aux extrémités (car il s’agissait au départ d’un bâton de portage pour le travail dans les champs notamment).

 

En quoi cette activité peut aider à sortir des états de fatigue et d’épuisement ?

La pratique du bâton japonais peut se faire dans une autre voie, celle de la santé-bien-être.

Elle procure de très nombreux avantages et bénéfices, particulièrement dans l’objectif de retrouver de l’énergie.

En effet il s’agit d’une pratique avant tout physique, corporelle, mais dont les particularités permettent de travailler sur les autres domaines en plus de l’activité physique pure.

La pratique du bâton japonais apporte notamment les bénéfices suivants, dont beaucoup sont uniques à cette pratique:

(a) Utilisation du corps tout entier pour produire un mouvement global : le bâton permet une meilleur connexion des parties du corps pour produire un mouvement harmonieux.

(b) Activation forte du cerveau et du système sensoriel : le fait de tenir le bâton dans les mains active une zone plus étendue du cerveau.

(c) Apaisement immédiat du mental et des pensées : l’attention à porter au bâton court-circuite le mental et focalise l’attention sur le corps.

(d) Possibilité de travailler de multiples manières, à différents rythmes : soit type TaiChi Chuan, soit type Karaté / Kobudo, selon les besoins, les envies, et l’état d’énergie.

(e) Compréhension rapide et nette du Yin / Yang dans le corps : le bâton, en tant que support, oblige et aide à faire un mouvement harmonieux, et permet de le faire ressentir très nettement.

(f) Plaisir et créativité : L’apprentissage technique permet de s’épanouir, de se libérer dans le mouvement, que l’on peut créer et moduler.

(g) Dosage: Il est facile de moduler l’effort, le dosage, et donc de pratiquer selon son état de fatigue, et d’en tirer des bénéfices sans s’épuiser.

(h) Intégration avec d’autres pratiques: Le bâton japonais peut se suffire, ou servir d’échauffement à d’autres pratiques physiques, de toute nature.

 

La pratique du bâton japonais en tant que renforcement au quotidien.

Nous voyons que cette pratique peut donc être utilisée de multiples manières selon les besoins individuels, les envies.

Son immense avantage est l’utilisation du corps dans une unité, la production d’un mouvement harmonieux, avec la connexion des différentes structures et notamment du haut et du bas. et un ressenti concret corporel du Yin /Yang.

Dans une optique de sortie de fatigue, et ensuite, dans une voie de renforcement, il est essentiel d’avoir une pratique qui développe les aptitudes corporelles globales, de manière fonctionnelle et utilisable au quotidien, mais en respectant les capacités actuelles.

En effet, lorsque le corps est habitué et s’est adapté à se mouvoir harmonieusement et efficacement,  les activités simples du quotidien ne dépassent plus les capacités personnelles, et ne génèrent plus autant de fatigue. (C’est le principe même de l’entrainement, quel que soit le domaine).

En fonction du niveau, on peut aussi l’employer pour renforcer ce qui est déficient, et ainsi réguler ce qui est déséquilibré (physiquement et émotionnellement) comme par exemple:

  • Travailler des mouvements circulaires si les chaines musculaires en rotation sont « amnésiques »
  • Travailler le relâchement sur les personnes tendues, avec un rythme fluide, lent et continu
  • Travailler librement pour les personnes timides, stressées, surmenées, sous pression
  • Varier les rythmes, jusqu’au style « Karaté » lorsqu’on a besoin d’extérioriser une émotion rentrée, d’exprimer une intensité physique et mentale

 

Pour aller plus loin

Cette pratique s’inscrit dans une proposition d’activité physique (mais pas seulement), qui fait partie d’une démarche plus globale.

En effet, comme je le dis et propose dans l’accompagnement complet « Seiki- Energie vitale » , la mise en pratique se fait lorsque la situation est claire. 

C’est ce que je réalise grâce à la mise en oeuvre par 3 processus , qui couvrent tout ce qui est nécéssaire pour retrouver de l’énergie durablement et sortir de l’épuisement.

Je vous livre les clés et les étapes indispensables pour trouver enfin ce que vous souhaitez mettre en place, à quel dosage, a quel rythme, et pour arriver à l’appliquer vraiment sur la durée et avec plaisir.

 

La pratique du bâton japonais est un exemple, parmi tant d’autres, de ce qui peut être mis en pratique en tant qu’activité physique.

Si cette démarche vous interesse , vous pouvez me contacter pour faire le point sur votre situation et déterminer ce qui est le mieux pour vous.