diététique chinoise

 

Un pilier dans l’entretien de la santé   

Si la diététique chinoise est souvent considérée comme un des piliers complémentaires ou secondaires de la médecine chinoise, elle tient bien un rang prioritaire dans l’entretien de la santé.

On peut même la positionner en tant qu’outil thérapeutique s’ajoutant aux 3 principaux. On parle souvent de diétothérapie : Shìliáo « traitement par l’alimentation », qui est l’art des repas pour se soigner. 

Ceci dit, l’utilisation de l’alimentation à des fins de santé n’est pas réservée aux systèmes traditionnels chinois. Par exemple, le grand médecin Grec  Hippocrate de Cos (460-370 av. J.-C.)  disait déjà : « Que l’aliment soit ton premier médicament. »

Et pour souligner l’importance dans la santé de cette branche, citons Sun Si Miao (581-682), grand médecin Chinois : 

« Le médecin doit d’abord régler l’alimentation et l’hygiène de vie de ses patients, ce qui suffit souvent pour les guérir. C’est uniquement si la guérison est incomplète que l’on doit utiliser les plantes médicinales ou l’acupuncture. » 

« Une bonne alimentation peut évacuer les facteurs pathogènes, apaiser les viscères, inspirer l’esprit et renforcer le sang et le Qi. »

 

Faut il manger chinois ou pas ?

Qui dit diététique chinoise ne dit pas forcément cuisiner chinois ! Il s’agit surtout de comprendre des règles qui peuvent alors s’appliquer à toute culture culinaire.

L’approche utilisée en diététique chinoise n’est pas dogmatique et permet de retrouver une liberté alimentaire. 

Cette liberté est depuis les dernières décennies bien mise à mal, avec la multiplication des régimes et règles contradictoires, saupoudrées de culpabilisation et surtout d’un marketing indigeste. 

Pour en arriver là il faut néanmoins faire un effort d’apprentissage et d’immersion dans des principes pas toujours évidents à intégrer au premier abord.

Une fois certains concepts compris et assimilés, on prend conscience de toute l’intelligence et la logique de cette discipline.

Cette logique s’appliquait la plupart du temps naturellement chez nous, presque instinctivement, par nos aïeux il n’y a pas si longtemps.

 

Vitalité des aliments et assimilation.  

La diététique chinoise considère qu’il est primordial de renforcer l’énergie digestive et la fonction de transformation des aliments.

Ainsi, l’assimilation de ce que nous mangeons est tout autant essentiel que la vitalité ou quintessence (Jing) des aliments. 

Ce fait est trop souvent ignoré dans l’équation aujourd’hui. Par exemple, l’alimentation trop crue peut souvent poser un problème d’assimilation, même si elle est pleine de vitalité (on pourrait parler de qualité nutritionnelle, richesse en vitamines, antioxydants…)

il s’agit donc de prendre en compte si notre feu digestif et notre puissance de transformation des aliments est suffisante. 

Dans tous les cas, en cas d’ingestion d’aliments crus, il est souhaitable d’avoir un équilibre grâce à l’ajout d’aliments cuits et chaud, d’épices, d’une boisson chaude au cours du repas. 

Un praticien spécialisé pourra vous conseiller et évaluer si votre énergie digestive est faible (même si vous pouvez déjà aisément le voir par des ballonnements, sensations de distension, entre autres).

Un autre moyen simple de ne pas éteindre le feu digestif est d’éviter de le noyer sous des verres d’eau pendant le repas. On recommande simplement une boisson chaude pendant le repas, et d’éviter les verres d’eau froide à ce moment là.

Certains « conseils » indiquant de boire 2 grands verres d’eau froide juste avant de manger pour couper la faim sont un non-sens physiologique, en tous cas pour favoriser une bonne énergie digestive, et une bonne vitalité à long terme. Si vous avez soif d’eau froide pendant le repas, buvez plutôt 2 à 3 petites gorgées maximum en laissant quelques secondes l’eau en bouche.

  

Les concepts à la source de la diététique chinoise. 

Rentrons un peu dans les modèles à la base de la diététique chinoise. Il s’agit essentiellement des notions de : 

    • Yin / Yang
    • 5 mouvements (Bois – Feu – Terre – Métal – Eau)
    • Physiologie de la digestion et de la transformation des aliments
    • Concepts de Qi, Jing, Liquides organiques…
    • Cycles naturels 

Ces différents modèles, se combinent entre eux et permettent d’avoir une vision dynamique de l’alimentation, de l’effet des aliments et également de la classification de ceux-ci. 

En effet, une particularité de la diététique chinoise tient dans la classification des aliments selon les concepts de: 

    • Nature (Qi) = effet réchauffant et refroidissant, surtout en lien avec le Yin Yang
    • Saveur (Wei) = action sur des mouvements de l’énergie, surtout en lien avec les 5 mouvements
    • Tropisme = lieu(x) d’action de l’aliment 

Pour l’utilisation de l’aspect « Nature » (plutôt Yin-Yang) , Le Suwen (ouvrage canonique de la médecine chinoise) dit simplement : « Chauffer ce qui est froid, refroidir ce qui est chaud ». 

La préparation et le mode de cuisson influencent la nature finale de l’aliment mais un aliment froid au départ conserve sa nature d’aliment froid. Son assimilation en revanche peut être nettement améliorée. 

Pour les saveurs les actions principales  (même si dans l’application cela est bien plus complexe qu’indiqué ici) vont être : 

SAVEUR

ACTIONS PRINCIPALES

MOUVEMENT

YIN / YANG

ACIDE

CONTRACTE & RESSERRE

ACTION ASTRINGENTE

INTÉRIORISATION

YIN

DOUX

TONIFIE & HARMONISE

ACTION TONIFIANTE

MONTÉE

YANG

AMER

ASSÈCHE & FAIT DESCENDRE

ACTION DRAINANTE

DESCENTE

YIN

PIQUANT

FAIT SORTIR & CIRCULER

ACTION DISPERSANTE

EXTÉRIORISATION

YANG

SALÉ

RAMOLLIT & FAIT S’ÉCOULER

ACTION RAMOLISSANTE

DESCENTE

YIN

  

Ainsi le caractère d’un produit vient de la synthèse de sa nature et de sa saveur, qui sont indissociables pour établir la « fiche d’identité » d’un aliment. 

On voit qu’avec cette logique, en diététique chinoise, on ne qualifie pas directement un aliment de bon ou mauvais, comme on le fait souvent dans nos habitudes, mais comme adapté / favorable, ou inadapté / défavorable par rapport à une situation précise.  

Utiliser les principes de la diététique chinoise donne des réponses claires, contribue à la régularisation des déséquilibres internes, et à l’atteinte d‘un équilibre physiologique.  

Si cette approche vous intéresse, l’idéal est de prendre rendez-vous avec votre praticien pour avoir des conseils personnalisés en diététique chinoise, ou d’assister à une conférence ou un atelier sur ce sujet.